AMBPI : on est plus forts en mutualisant nos efforts

Mutualisons nos démarches
pour être plus forts

Fondé par un invalide pour des invalides

L’AMBPI, Association de Mutualisation des Bénéficiaires de Pensions d’Invalidité est née en 1994 d’un constat simple : les personnes en situation d’invalidité ne disposaient pas d’un système de complémentaire santé adapté à leur situation.

Pour être correctement remboursés des frais de santé mal pris en charge par la Sécurité Sociale (frais d’optique, dentaires, audioprothèses, voire, appareillages, béquilles…) – même en tant qu’invalides – il leur fallait adhérer à une complémentaire santé classique. Et payer alors le prix fort alors que toute une partie de leurs soins étaient bien pris en charge à 100 % par la sécurité Sociale.

Fondée par un invalide souffrant lui-même d’une Affection Longue Durée et en partenariat avec la CRAM, l’association s’est alors donné pour mission d’élaborer le cahier des charges précis des besoins de remboursement santé des personnes en invalidité :

  • Globalement, aucun besoin pour les soins relevant de la maladie ou du handicap invalidant, du fait de sa prise en charge à 100% par la sécurité Sociale.
  • Mais des besoins réels concernant les postes mal pris en charge par la Sécurité Sociale : frais d’optique, dentaires, audioprothèses, voire, appareillages, béquilles…

La sélection de la mutuelle spéciale invalidité la plus adaptée

Une fois cette analyse effectuée, il a fallu peser pour compter. Forte de plusieurs milliers d’adhérents, l’association a pu porter son cahier des charges à différentes mutuelles de santé pour obtenir des conditions de remboursement adaptées, au juste prix. Dans cette démarche, elle a ainsi choisi 3 mutuelles historiques du mouvement mutualiste :

Ces 3 mutuelles ont su mettre en place les bonnes conditions de remboursement et de tarification pour être les mutuelles pour invalides catégories 1, 2 ou 3 de référence des personnes invalides.

Restons bien informés de nos droits

Un univers nouveau et compliqué

En tant qu’invalide lui-même, le fondateur de l’association a pu constater par lui-même combien les personnes nouvellement atteintes éprouvaient des difficultés à trouver les bonnes informations relatives à leur statut.

A la découverte, souvent brutale, de leur invalidité et au désarroi qui en découlait, s’ajoutait l’inquiétude d’avancer en terrain inconnu.

  • Qu’est ce qui fait qu’on est reconnu invalide ?
  • Quelles démarches doit-on effectuer pour être reconnu invalide ?
  • Sur quelles aides peut-on compter en tant qu’invalide ?
  • Quels sont les critères qui déterminent les montants des aides apportées ?
  • La pension d’invalidité est-elle automatique ?
  • Une pension d’invalidité peut-elle être diminuée, voire supprimée ?
  • Que se passe-t-il au moment du passage à la retraite ?

Une administration tatillonne

Et malheureusement, l’administration peut être intransigeante. Par exemple, cela peut être à vous de demander à votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) à être reconnu invalide, une fois votre état de santé stabilisé. Mais attention, cette démarche doit être effectuée dans un délai de douze mois maximum par lettre recommandée. Passé ce délai, votre demande n’est plus recevable.

Ainsi, en plus de la recherche du bon remboursement au juste prix des dépenses de santé, l’association s’est attachée à informer le plus simplement possible ses adhérents de leurs droits et de leurs conditions d’accès. Et ce, en prenant soin de mettre à jour les informations délivrées, en fonction des révisions régulières des politiques sociales ou des revalorisations annuelles des prestations :

  • Liste actualisée des ALD (Affections Longue Durée)
  • Montants des pensions d’invalidité, en fonction des catégories d’invalidité
  • Montants de l’Allocation Supplémentaire d’Invalidité (ASI) et des conditions de ressources associées

Préparons l’avenir avec une
association sans but lucratif

L’AMBPI : une association loi de 1901 à but non lucratif

En tant qu’association, l’AMBPI ne vise en aucune manière le profit ou les bénéfices. Son unique raison d’être est la défense de ses adhérents. Tous bénévoles, les personnes qui l’animent sont le plus souvent invalides eux-mêmes. Conscients des difficultés qu’ils ont souvent traversées, ils ont à cœur d’apporter leurs aides à d’autres personnes se retrouvant dans la même situation.

Ainsi, de manière classique pour une association, l’AMBPI est organisée autour :

  • D’un président : Mr Jean Troadec,
  • D’un 1er vice-président : Mr Michel Carissan
  • D’un 2ème vice-président : Mr Gilbert Tiger
  • Ainsi que d’un trésorier, d’un secrétaire général et d’administrateurs.

Ils se réunissent en conseil d’administration tous les 3 mois et en assemblée générale chaque année pour décider des évolutions éventuelles à apporter au contrat de mutuelle spéciale invalidité proposé par les trois mutuelles UNIMUTUELLES, ASPBTP et Mutuelle des Pays de Vilaine, faire le choix de nouvelles informations à délivrer aux adhérents ou encore décider d’actions sociales à entreprendre.

Une association non subventionnée

Par choix éthique, l’AMBPI ne souhaite bénéficier d’aucune subvention ou contrepartie, ni publique ni privée. Elle conserve ainsi toute son indépendance pour laisser libre cours à ses exigences.

Le financement de ses activités d’information et d’actions sociales ne tient qu’à la cotisation annuelle de ses adhérents, à hauteur de 0,80 € par mois soit 9,60 € par an, inchangée depuis plusieurs années. Le montant de cette cotisation est soumis à adoption lors de chaque assemblée générale annuelle.

Préparons les bonnes conditions de notre retraite

Sur ce point, l’association invite les personnes invalides ayant conservé la faculté de travailler (invalides de 1ère catégorie) à être vigilantes quant aux conditions de leurs remboursements de santé au moment de leur passage en retraite.

Couvertes par leur contrat entreprise en tant que salariées, elles devront adhérer à titre individuel à une mutuelle santé le moment venu. Dans ces conditions, elles ne bénéficieront pas des meilleures conditions tarifaires, du fait de leur absence d’ancienneté dans l’association.

En d’autres termes, les conditions tarifaires à la mutuelle spéciale invalidité d’une personne de 62 ans ayant adhéré à l’association à 50 ans seront bien plus avantageuses que celles d’une personne de même âge venant d’adhérer. Il pourra en effet bénéficier de la cotisation moins de 60 ans et ce, sous réserve d’affiliation avant 70 ans.

Compte-tenu d’une cotisation annuelle volontairement faible de 9,60 € par an, nous conseillons donc aux personnes invalides d’adhérer à l’association au plus tôt, même si elles sont encore couvertes par leur mutuelle santé entreprise.

Ainsi, soyons plus solidaires et plus prévoyants de l’avenir.